Le Midi Libre du 9 décembre - Nîmes : le militant Lescalié sort de l’ombre

mercredi 9 décembre 2015
par  ful
popularité : 21%

Une salle de la bourse du travail a été baptisée du nom d’un de ses bâtisseurs.

Dans le cadre du 120e anniversaire de la création de la CGT dans le Gard, une salle de la bourse du travail a été baptisée, mardi, du nom d’une de ses chevilles ouvrières, Jean-Baptiste Marius Lescalié (1866-1928). Une cérémonie en présence de la famille de cet ouvrier menuisier au sein des ateliers PLM (ex-SNCF) qui œuvra à la création de la bourse du travail de Nîmes (1886) dont il devint secrétaire général en 1908. Une des premières maisons des travailleurs créées en France, installée rue Benoît-Malon puis rue Pavée (Fernand-Pelloutier), place Questel ensuite en 1969 et, suite à sa destruction en 2005, avenue Georges-Dayan aujourd’hui.

Lescalié fut un militant et syndicaliste communiste, dreyfusard, condamné en conseil de guerre en 1918 pour ses opinions antimilitaristes, emprisonné à deux reprises pour ses activités. Son parcours sur plus de trente ans a été retracé par l’institut d’histoire sociale CGT du Gard, présidé par Jean Vanhaute, épaulé par les fonctionnaires des archives départementales.

Ce militant œuvra à la création de l’union départementale (1910) dont le souvenir a fait monter les larmes aux yeux de Francine Peyric, son arrière-arrière-petite-fille, qui déplorait : "Tout son travail est encore d’actualité. Il est révoltant de devoir se bagarrer encore aujourd’hui."


Géolocaliser l'UL CGT de Nîmes - Accès au plan animé

Agenda

<<

2019

 

<<

Février

 

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728123
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Annonces

Joyeuses fêtes